‹‹ accueil
Le ségala, présentation du territoire Le patrimoine du Ségala Se loger en Ségala La gastronomie du Ségala Les loisirs en Ségala Les fêtes et manifestations en Ségala
Le Ségala Découverte Se Loger Gastronomie Loisirs Agenda
English version
SITES TOURISTIQUES
Sites naturels
Les châteaux
Villages de caractère
Le parc animalier
Musées

PATRIMOINE
Patrimoine religieux
Patrimoine civil
Panneaux d’interprétation du patrimoine
Circuits découverte

SAVOIR-FAIRE
Présentation
Artisanat d'art,
Visites de fermes
et d'entreprise,
Route des métiers

GROUPES
Séjours groupes
Tourisme adapté

AUX ENVIRONS
Autres sites

PROMO SEJOURS
Nos séjours

 LE PATRIMOINE RELIGIEUX

Notre-Dame de Boussac
Collégiale Saint Christophe
Eglise Saint Martial
Eglise Cistercienne Saint Martin
Oratoire et piéta de Gramond
Oratoire de Romette
Chapelle Saint Clair de Verdun
Chapelle de Notre dame du Roc
Eglise de Saint-Salvadou
Chapelle de Murat
Croix de Bleyssol
Chapelle de Villelongue
Eglise paroissiale de Cabanès
Chapelle des Planques

Eglise de Boussac

Eglise fortifiée Notre-Dame de Boussac
XIII, XIV, XVième siècles
Commune de Boussac

Au coeur de ce village aux maisons traditionnelles, se dresse une remarquable église bâtie dès le 13ième siècle puis fortifiée par ses habitants au cours des 14 et 15ième en vue de protéger la population locale de l'invasion anglaise. Créneaux, meurtrières et mâchicoulis témoignent aujourd'hui encore de la vocation défensive de l'édifice. Il fut même aménagé 3 étages de chambres et logements au-dessus de la nef en prévision de sièges prolongés. L'église renferme un retable en bois doré du deuxième quart du 16ième  siècle ; un écusson à deux fleurs de lys trône au-dessus de la porte d'entrée. Un fond peint y fut découvert lors des travaux de restauration de 1982.
Construite à partir des pierres schisteuses de la région, reliées par du mortier à la chaux du pays, les murs atteignent 1 mètre d'épaisseur au pied du clocher. Au premier étage on trouve 4 chambres, des cloisons séparaient des logettes où les paroissiens du XIVième siècle mettaient leurs biens les plus précieux pour les préserver des routiers ou des Anglais (occupation du Rouergue de 1360 à 1370 pendant la guerre de Cent Ans). Après le départ des Anglais, la population continua à se servir du clocher fortifié pour entreposer leurs provisions de porc comme en témoigne des rapports d'inspection d'évêques.
Au-dessus des chambres et tout autour se dressent des mâchicoulis. L'accès au clocher se fait par un escalier de 81 marches en pierre calcaire. Il est éclairé par 10 ouvertures de 45cm sur 17cm.

Monument Historique classé

La collégiale Saint-Christophe de Sauveterre-de-Rouergue
Commune de Sauveterre-de-Rouergue

L'église paroissiale de Sauveterre, qui porte le titre de collégiale, est incontournable tout comme la bastide qui l'entoure. Parée d'un mobilier spectaculaire ( retables dorés à l'or fin, stalles en bois sculpté, etc. ) témoin du dynamisme commercial de la ville, elle traverse les âges sans grandes rides grâce aux soins passionnés des Sauveterrats.

La première pierre de l'église paroissiale fut posée en 1313. Sauveterre ne devint pourtant paroisse qu'en 1330, signe de sa "maturité". Entre temps, on construit les fortifications et la nef, inversée par rapport à aujourd'hui. Une fois déplacée, l'église acquiert la configuration qu'on lui connait aujourd'hui : pas de parvis, un espace resséré entre la nef et les maisons, un décalage certain avec la symétrie de la rue qui mène à la place. Erigée en collégiale en 1514, l'église accueille un collège, un groupe de prêtres issus des familles bourgeoises de la cité, chargés de dire des messes pour les défunts ou pour les confréries d'artisans et commerçants. La collégiale participe donc à l'équilibre social de la cité et au rayonnement de celle-ci. C'est pourquoi, en retour, la ville a financé le mobilier de cette église.

Entre 1992 et 2005, la restauration du clocher (intérieur et extérieur) de l'extérieur de la nef et de l'intérieur de l'édifice (Grand Retable, stalles, etc...) donna à l'église une seconde jeunesse.

A l'intérieur, l'église se compose d'une nef unique en berceau à arc doublée de 6 chapelles latérales. Elle fait environ 25 mètres de long sur 10 mètres de large et 13 mètres de hauteur.

L'élément le plus imposant présent dans la nef est sans conteste le Grand Retable, témoin de l'époque où Sauveterre rayonne grâce à sa puissance commerciale. Daté du 17ème siècle, donc baroque, c'est un véritable "catéchisme" de la piété et de la foi sauveterrate. La Vierge, Saint Christophe et Saint Loup ( saint patron de Jouels berceau de la paroisse de Sauveterre ) y cotoient Sainte Reine ( invoquée contre les pleurs des enfants ) et Sainte Catherine ( sainte patronne des philosophes). Ce Grand Retable a été restauré grâce à l'action de l'association " Les Amis de la Collégiale" qui participa entre autres à la restauration des 26 stalles en chêne du 16ème siècle, sculptées, dans le choeur de l'église. Les miséricordes de ces stalles sont ornées de têtes d'animaux, de fruits, etc...

A l'extérieur, sur la droite, on trouve un jardin ombragé : c'est l'ancien cimetière. Il abrite encore aujourd'hui une croix en pierre du 15ème siècle.

Collégiale Saint Christophe

Collégiale Saint Christophe, retable

Collégiale Saint Christophe, intérieur

Eglise saint Martial de Rieupeyroux

Eglise saint Martial de Rieupeyroux
11 et 15 ième siècles
Commune de Rieupeyroux

Au 11ième siècle, Ischafrède, seigneur de Meudou et de la Région de Modulance, promit à saint Jean Baptiste et à saint Martial de construire deux sanctuaires dont l'église saint-Martial. Ce sont donc les bénédictins de l'abbaye de saint-Martial de Limoges qui bâtirent un monastère qui s'entoura au cours de la guerre de 100 ans d'une enceinte fortifiée dont on peut distinguer les vestiges d'un mur au départ de l'église. L'église se transforma alors en ouvrage de défense et servi de refuge à la population locale. On ajouta de massifs contreforts rectangulaires qui servaient de point d'appui à de puissants arceaux soutenant le chemin de ronde qui ceinture l'édifice. L'église gothique fut achevée début 15ième siècle par la construction d'une belle coupole servant de socle au clocher. L'édifice actuel conserve quelques murs romans de l'édifice primitif détruit au milieu du 14ième siècle : des chapiteaux près du choeur et une coupole. L'aspect extérieur de ce monument donne l'impression d'une forteresse accentuée par l'absence de transept. Long de 31.5m et haut de 22 l'édifice est aujourd'hui classé Monument Historique.
Dans l'église de Rieupeyroux, se trouve exposée l'omoplate du géant Samson qui pourrait être celle d'un animal gigantesque et mystérieux.
A l'extérieur, un enfeu gothique abrite une croix sculptée.
Vénération des reliques de saint-Martial conservées en l'église de Rieupeyroux, pour guérir impétigo et eczéma des enfants.

Eglise Cistercienne Saint-Martin de Naucelle
13 et 15ième siècles
Commune de Naucelle  

L'église cistercienne de Naucelle fut construite en 1254 par les soins des religieux de Bonnecombe. Elle s'insérait jadis dans les fortifications du village comme en témoignent les deux tours flanquant l'église Saint-Martin.

Elle fut remaniée au cours du XVième siècle. L'édifice renferme un mobilier intéressant : crucifixion et statues anciennes en bois polychrome, tabernacle d'un retable du 17ième siècle et un grand orgue fabriqué dans l'atelier de Jean DALDOSSO, à Gimont dans le Gers. C'est un orgue italien de seize jeux et 945 tuyaux dont le buffet s'orne de sculptures dorées à la feuille. Il a été inauguré en 1999.

Eglise Saint Martin de Naucelle

Eglise Saint Martin de Naucelle, porte

Eglise saint Martin de Naucelle, orgue

Oratoire de Gramond

Oratoire et piéta de Gramond
16ième siècle
Commune de Gramond

Sur la grande place au coeur d'un village pittoresque, se dresse l'oratoire restauré de l'ancien cimetière (qui serait la chapelle construite par les Capitouls). Classé Monument Historique, il abrite une poignante Vierge de pitié entourée de saint Jean et sainte Madeleine. Chef d'œuvre de la sculpture du 16ième siècle longtemps dégradée, elle a été restaurée en 1997 et constitue l'une des plus belles piéta du Rouergue. Elle fut réalisée à la demande de Guillaume MALROUX, prieur de Gramond, qui mourut en 1520. Une plaque porte les armoiries du prieur et une inscription en latin.

Oratoire de Romette
16ième siècle
Commune de La Salvetat Peyralès

Edifié à l'écart du hameau du même nom et situé à proximité de l'église qui fut le lieu d'un très ancien pèlerinage régional dédié à Notre Dame de Romette, cette petite halle de justice avec bancs et bénitiers, abrite une croix sculptée du 16ième siècle, dégradée par la maladie de la pierre. A côté, l'église actuelle du 19ième siècle abrite une statue en bois de la Vierge (15ième siècle).

Oratoire de Romette

Site de la Chapelle Saint Clair

Chapelle Saint Clair de Verdun
Commune de Quins

Surplombant la vallée verdoyante du Vayre, la Chapelle Saint-Clair et son site sont riches d'une histoire très ancienne. Abandonnée au début des années 50, elle revit aujourd'hui grâce aux efforts d'une association créée suite à la découverte dans la chapelle de peintures murales datées du 15ième siècle.
Cette chapelle est une des rares églises pré-romanes du Rouergue, elle a sans doute été érigée avant l'an mil.
Mais l'histoire du site sur lequel elle fut bâtie semble beaucoup plus ancienne. En effet ce rocher aurait été occupé par l'homme depuis bien longtemps puisque l'origine du mot « Verdun » est Celte ; il désigne une hauteur fortifiée. On peut donc imaginer qu'il y a 2000 ans des guerriers gaulois érigèrent en ces lieux une enceinte pour assurer leur sécurité.
Au Moyen Age, Verdun était le siège d'une seigneurie et d'un château qui appartenait à Bringuier, seigneur de Villelongue. De la fin du 13 ième au milieu du 15ième siècle, le sort du château est lié à celui de Castelmary situé à l'Ouest dans la vallée du Lézert. C'est vraisemblablement au début du 15ième siècle que les peintures murales sont réalisées et que la tour est construite.
A la fin de la guerre de Cent Ans, en 1452, la seigneurie revient aux Saunhac de Belcastel qui résident dans la vallée de l'Aveyron. Ceux-ci vont délaisser le site qui a perdu toute importance stratégique, et le château va peu à peu tomber en ruines. Cependant la chapelle continue d'être entretenue car elle constitue un lieu de pèlerinage. Elle est dédiée à saint Clair, évêque qui évangélisa le sud-ouest de la Gaule romaine et fut martyrisé à Lectoure au 3ième siècle. Il aurait traversé le Rouergue après avoir séjourné à Albi. Jusque vers 1950, les Reliques de saint Clair attirent tous les ans, début juin, de nombreux pèlerins qui veulent être préservés ou guéris des maladies des yeux.

Source : Raymond Gibelin

Visites gratuites du 1er juillet au 31 août de 14 à 18h.
Visite le reste de l'année pour les groupes de plus de 5 personnes : tél 05 65 69 03 04

Chapelle de Notre dame du Roc
Commune de Saint Just sur Viaur  

La Chapelle préromane Notre-Dame du Roc est bâtie au-dessus du village de Castelpers sur un rocher surplombant les vallées du Céor et du Giffou. Le sanctuaire, qui fut lieu de pèlerinage, possède une abside semi-circulaire à bandes lombardes, et conserve une statue de la Vierge représentée écrasant sous ses pieds trois serpents noirs. Le pèlerinage à notre dame du Roc, à Castelpers, se tenait le troisième dimanche de juin pour la guérison des maux de tête. Ce lieu est cité dans le Livre des Miracles de sainte Foy.

Castelpers

Saint Salvadou

Eglise
Commune de Saint Salvadou

Construite à l'emplacement d'un château agrandi d'un corps de logis au 15ième siècle, l'église actuelle de Saint-Salvadou s'élève depuis 1906 au coeur du village dans un style néogothique. Elle renferme un bénitier daté de 1830 et une belle croix processoriale du 16ième siècle. La démolition d'un mur sous l'église a mis à jour un beau baptistère en pierre et des plaques tombales. C'est ici que naquit et repose l'abbé Bessou (1845-1918) dont les oeuvres illustrent la vie à Saint Salvadou et dans les fermes du Ségala durant la deuxième moitié du 19ième siècle.

Chapelle de Murat
11ième siècle
Commune de La Salvetat Peyralès

Située dans la Vallée du Jaoul (affluent du Viaur) et dominant les ruines du Château de Roumégous la Chapelle de Murat est un édifice très ancien qui date probablement du 11ième siècle. Ce petit bâtiment de 14m sur 5 qui tombait en ruines au 18ième siècle a été reconstruit un peu plus tard sur demande des paysans locaux trop éloignés des églises de Montou et Flauzins.
Le faible nombre de paroissiens qui fréquentait les offices religieux explique que la chapelle ne soit constituée que d'une nef avec un curieux chevet trapézoïdal. L'église a conservé ses fonds baptismaux et son cimetière. Un autel dédié à saint Clair en fit un lieu de pèlerinage pour les paroisses voisines.
On remarquera le clocher ouvert et la croix occitane du cimetière attenant.
Source Association Viaur Vivant.

Chapelle de Murat

Croix de Bleyssol

Croix de Bleyssol
Commune de Vabre Tizac

A Bleyssol, une magnifique croix de pierre gothique sculptée se dresse au-dessus du village. Il s'agit d'une croix très ornée avec une Piéta sur le fût, une crucifixion et une vierge à l'enfant sur la Croix. On peut aussi y voir un écusson de la Famille Morlhon , puissante famille du pays.

Le 12 août, un office religieux y est célébré.

Chapelle de Villelongue
Commune de Cabanès

C'est sur un éperon rocheux dominant les vallées du Lézert et du Lieux que fut érigé l'ancien château des Brenguier dîts de Malemort, incendié par les paysans le 14 février 1790. De cet édifice, il ne reste plus aujourd'hui que deux tours en ruine, des pans de murs et des salles voûtées. Le village attenant fût abandonné à la fin de la seconde Guerre Mondiale.
Au cour de ce site, l'église Saint Salvy de Villelongue demeure intacte. Cet édifice à choeur pré-roman et arc triomphal étroit était à l'origine de plan rectangulaire (11ème siècle). Il fut ensuite agrandi de 2 chapelles latérales (15 et 16ième siècles).
Aujourd'hui, la Chapelle abrite le musée départemental de la Résistance , où ont été rassemblés des documents relatant les activités du Maquis Antoine et d'autres maquis aveyronnais durant la seconde guerre mondiale, ainsi que le passage à Villelongue du colonel Berger (André MALRAUX).
Chapelle de Villelongue : restaurée au début des années 70, table de communion aux armes de Saunhac (fin 15ième siècle).

La chapelle et le musée sont ouvert de juillet à septembre tous les dimanches après midi de de 14h30 à 18h30 et sur rendez-vous le reste de l'année. Visite gratuite possible sur demande auprès de la mairie de Cabanès au 05 65 47 00 41.

Chapelle de Villelongue

Eglise de Cabanès

Eglise paroissiale de Cabanès
Commune de Cabanès

L'église de ce petit bourg est très intéressante, elle est consacrée à Sainte Marthe et serait bâtie sur l'emplacement d'une chapelle du 11ième siècle. Une partie de l'église est romane (12 et 13ième siècles), une partie plus récente est datée de l'agrandissement de 1880. La partie ancienne, trés belle, se compose de piliers en calcaire aux teintes variées. Les chapiteaux du transept sont historiés et à l'extérieur on peut admirer autour du chevet, des modillons sculptés et des sujets divers : têtes d'animaux, fruits, feuilles ; il y a aussi une frise, une triple grecque. Dans la chapelle de droite est exposé un magnifique bras reliquaire en argent enfermé dans une cage massive en fer forgé, fait rarissime. (ce bras reliquaire proviendrait de Tarascon). La vénération des reliques de sainte Marthe est très ancienne (Il s'agit de la patronne des hôteliers).

Chapelle des Planques (Tarn, vallée du Viaur)

La Chapelle des Planques se dresse sur un promontoire rocheux d'où elle domine un méandre du Viaur. Construite aux 11 et 12ième siècles, remaniée en partie aux 15 et 16ième siècles, elle devint, peu de temps après sa fondation, un prieuré de l'abbaye de Conques en Rouergue.
D'abord appelée Notre-Dame de Belmont en raison de son site inviolable, elle deviendra « les Planques » après la construction d'un pont en planches sur la rivière, quand, au 12ième siècle les pouvoirs ecclésiastiques et féodaux se disputèrent le contrôle des lieux de passage. Romane, l'église appartient au type des églises à 3 nefs terminées par un chevet voûté en cul de four.
L'ornementation extérieure est sobre, 3 arcatures géminées rejoignent les contreforts du choeur. Le tympan est en schiste du pays. L'intérieur de l'édifice est sans mobilier. Il fut transféré avec les cloches à l'église de Fournials en 1860. Une fresque représentant scènes et personnages évangéliques décore le choeur.
Le déclin de la Chapelle suivit celui du hameau que les habitants commencèrent à déserter bien avant la Révolution pour s'établir sur les plateaux où la culture était moins ingrate. En 1803, l'église de Fournials devint lieu de culte principal et la Chapelle sombra lentement dans l'oubli. L'église abandonnée des Planques, classée Monument Historique en 1910, fut sauvée « in extremis » par l'archevêché d'Albi qui entreprit à partir de 1939 les restaurations les plus urgentes.

Chapelle des Planques

 

- Crédits, mentions légales

Le SEGALA VIVANT, mairie 12800 Sauveterre de Rouergue
Tél.:05 65 72 03 50
Courriel : contact@aveyron-segala-tourisme.com
Youtube Flickr scoopit