‹‹ accueil
Le ségala, présentation du territoire Le patrimoine du Ségala Se loger en Ségala La gastronomie du Ségala Les loisirs en Ségala Les fêtes et manifestations en Ségala
Le Ségala Découverte Se Loger Gastronomie Loisirs Agenda
English version
INFOS PRATIQUES
Brochures
Topo-Guides
Offices de tourisme
Accès
Vidéos & photos
Newsletter
Actualités

LE TERRITOIRE
Présentation
Ségala Vivant
Les communes
Services & commerces

POUR EN SAVOIR +
Le Ségala sur Internet
L'Aveyron sur Internet
 PRESENTATION DU TERRITOIRE
Partez à la découverte du Ségala à travers sa géographie, son histoire et son économie actuelle. En quelques clics, vous trouverez les éléments clés pour comprendre ce territoire rural toujours bien vivant.

Géographie et géologie du Ségala

La Région naturelle du Ségala s'étend au sud-ouest de l'Aveyron entre la vallée du Viaur et la vallée de l'Aveyron. Situé entre 200 et 800 mètres d'altitude sur la dorsale qui relie Rieupeyroux à Baraqueville, le Ségala offre des paysages contrastés entre fonds de vallées encaissées, sauvages et boisées et sommets de plateaux ou domine encore une agriculture orientée aujourd'hui vers l'élevage bovin viande de qualité. Vallonné le Ségala s'est vu attribuer le nom de « Pays des 100 vallées » tant son réseau hydrographique est dense.

Caractéristiques démographiques

En 1886, le Ségala connaît son maximum démographique, c'est-à-dire l'année ou il a compté le plus grand nombre d'habitants. Depuis cette date il subit une diminution régulière de sa population perdant ainsi près de 40% de son peuplement. Aujourd'hui cette population a tendance à se concentrer sur les bourgs centres alors qu'il y a un siècle celle-ci était équitablement répartie sur l'ensemble du territoire. Aujourd'hui les communes les plus éloignées des grands axes de communication (autour de la vallée du Viaur en particulier) sont les plus touchées ; à l'inverse les communes les plus proches du centre urbain de Rodez bénéficient d'un apport de population nouveau.

Cependant, le Ségala demeure une région rurale dont la densité de population est encore importante (24,8h/km²) malgré une diminution continue de sa population (-6,11% entre les deux derniers recensements de 1990 et 1999) Toutefois le vieillissement de la population et l'exode des jeunes laissent présager, si la tendance se confirme, une poursuite de cette évolution négative. Surtout que la crise démographique après avoir affecté les communes les plus rurales, touche maintenant aussi les chefs lieux de canton. Seul Baraqueville enregistre une croissance continue de sa population du fait de sa proximité de plus en plus affirmée avec Rodez.

Certains indicateurs sont plus positifs puisque la baisse de la population active est bien moins rapide que celle de la population globale. Encore une fois les différentes zones composant le Ségala ne sont cependant pas soumises aux mêmes dynamiques.

Un peu d'histoire

A l'origine, le Ségala est une terre pauvre du fait de ses sols siliceux acides qui ne permettaient pas de cultiver le froment.

Si on imagine le paysage agricole du Ségala il y a 150 ans, il y avait d'une part des plateaux qui étaient couverts de landes et de bois, d'autre part des vallées ou se concentraient l'habitat et les cultures car les sols y étaient plus riches en alluvions. On cultivait le seigle, une culture moins exigeante que le froment au niveau des sols. Ce seigle a donné son nom à ce Pays : le Ségala.

Les rendements étaient très faibles et les Ségalis très pauvres. La châtaigne puis la pomme de terre (vers 1816 - 1817) sauvèrent plusieurs fois le Pays de la disette. L'élevage aussi était médiocre, les landes des plateaux et les jachères servaient de pâture.

Mais tout cela allait changer avec l'arrivée de la chaux sur le Ségala qui permit d'amender les terres. Elle arriva d'abord de Carmaux par l'intermédiaire de propriétaires aisés (en raison du coût élevé du transport).

En 1890, la crise agricole provoque un exode de population important vers Paris et ceux qui restèrent se risquèrent à défricher les plateaux et à abandonner les fonds de vallées, qui aujourd'hui, sont gagnés par la forêt.

En 1902, avec la construction du viaduc ferroviaire du Viaur et l'ouverture de la ligne Rodez-Carmaux, la chaux peut arriver par trains entiers sur le Ségala et petit à petit, le blé remplace le seigle.

Les rendements deviennent bien meilleurs et de nouveaux engrais et cultures arrivent : pomme de terre, betterave, maïs et trèfle. Vers 1930, c'est la mécanisation de l'agriculture, enfin vers 1950-1960, on peut dire du Ségala qu'il fait partie des plus beaux terroirs agricoles de la France méridionale. C'est une véritable transformation qu'ont subit les paysages avec la révolution agricole associée à la révolution des transports.

L'économie du Ségala : Etat des lieux, enjeux à venir

Le secteur agricole est toujours dominant grâce à des hommes motivés et attachés à leur terroir (37% des actifs en 1997). Cet attachement se traduit par un fort taux d'installation et un rajeunissement des chefs d'exploitation. Cela ne suffit pourtant pas à compenser les départs à la retraite puisqu'en 10 ans, un tiers des exploitations a disparu.

Le Ségala est donc caractérisé par une densité d'exploitation relativement importante ayant des outils de production modernisés et performants, mais freinés dans leur développement par les limitations de productions et la petite taille des structures.

Pour remédier à ses difficultés, des réflexions sur la diversification et des démarches sur la qualité sont engagées : veau d'Aveyron et du Ségala, agneau fermier de l'Aveyron Label Rouge.

L'artisanat représente un secteur économique important avec 400 entreprises en 2001 et 654 salariés. On note une stabilisation du nombre d'entreprises avec un renouvellement du tissu par une moyenne de 25 installations par an. Ces entreprises sont généralement de taille inférieure à la moyenne départementale et 18% d'entre elles ont un responsable de plus de 55 ans. Les jeunes entreprises de la zone sont solides puisqu'on compte un taux de survie de 80% au bout de 5 ans (seulement 50% au niveau national).

On note aujourd'hui, une stabilisation du nombre d'entreprises artisanales sur le Ségala.

Le tissu industriel du territoire Ségala Vivant est non négligeable avec 32 entreprises de production qui emploient environ 550 salariés. Le secteur du bois, puis celui de l'agroalimentaire sont prédominants. Arriver à les conserver est un véritable enjeu de développement local. Ces entreprises se répartissent essentiellement sur les cantons de Baraqueville, Naucelle et Rieupeyroux, ce dernier canton accueillant l'établissement le plus important, à savoir les meubles Belloubet.

 

 

Cuture locale : les Quilles de huit une pratique locale bien ancrée

L'histoire du jeu

C'est toujours après l'Office du dimanche que le jeu de quilles est pratiqué au début du 19ième siècle. Ce jeu typiquement masculin, fait de force et d'adresse sert de support à toutes sortes de défis ou paris.
Le premier concours eu lieu en 1911 sur l'initiative de l'amicale des aveyronnais de Paris. L'Aveyron est le département ou ce sport traditionnel est le plus implanté aujourd'hui. La Fédération aveyronnaise sera créée en 1936 et donnera le jour au premier championnat de l'Aveyron. En 1957, une Fédération française des Sports de Quilles est créée et regroupe 5 formes de ce jeu dont le Bowling et la quille de huit. Aujourd'hui la quille de huit regroupe 4000 licenciés et elle est essentiellement pratiquée en milieu rural. Depuis 1980, les filles elles aussi ont leurs championnats.
Mêlant harmonieusement pratique sportive et traditions, ce sport est à l'Aveyron ce qu'est la pelote au Pays basque ou les joutes nautiques au Pays sétois.

Les règles du jeu

Le terrain
Terre battue de 30m de long pour 6m de large. Les compétitions actuelles nécessitent 20 terrains donc une surface de 120m par 30m.
Les Quilles
8 quilles « debout » de 60cm de hauteur pour un diamètre de 7cm. Une quille joueuse, appelé « le quillou » d'une longueur maximale de 60cm.
La Boule
En bois dur, son diamètre ne doit pas excéder 28 cm . Son poids vari de 3 à 6 kg .
Le Gabarit
Il sert à délimiter l'emplacement du joueur. Il est en fer, d'une longueur de 3m pour une largeur d'un mètre.
Les Taquets
Implantés dans l'aire de jeu, ils servent de support aux 8 quilles « debout ». Ils sont espacés entre eux de 0.95cm.
La partie
Elle se décompose en 9 coups répartis sur 5 distances de lancer, allant de 1 à 20 mètres . Chaque coup comprend 2 jets : (hormis à 1 mètre d'où on ne lance que la boule).
Le lancer de quille, consistant à frapper la quille joueuse avec la boule afin de la projeter dans les quilles « debout ». Le lancer de boule servant à finir le coup et à faire tomber le maximum de quilles « debout » non abattues avec la quille joueuse.

Le Ségala
 

- Crédits, mentions légales

Le SEGALA VIVANT, mairie 12800 Sauveterre de Rouergue
Tél.:05 65 72 03 50
Courriel : contact@aveyron-segala-tourisme.com
Youtube Flickr scoopit